La Région Grand Est s’engage:

 

√ Le mot de Valérie Debord, Vice-présidente à la formation à la région Grand Est

 

À l’occasion de l’année du verre, la région Grand Est organise du 22 novembre au 4 janvier, l’exposition  »le verre dans tous ses états » à l’Abbaye des Prémontrés à Pont-à-Mousson. Valérie Debord, vous êtes la vice-présidente à la formation à la région Grand Est. Quelle est la place du verre aujourd’hui et des métiers du verre au sein de la région Grand Est ? 

Nous sommes la première région de France, en terme de manufactures et de formation. C’est une industrie ancienne. Elle date du 16e siècle, avec des vrais savoirs-faires et puis elle a perduré tout au long de l’histoire avec les grands manufacturiers qu’on connaît tous : Baccarat, Dome, Saint-Louis, Meisenthal, Lalique et puis des petites manufacture qui existent un peu partout dans les Vosges, en Meurthe-et-Moselle et qu’on accompagne. Souvent des entreprises familiales ou unipersonnelle mais qui ont compris que ce matériau particulier, avait avec le public, une relation particulière. C’est un matériau vivant, donc on considère que c’est important de continuer à l’accompagner.

Vous parlez des grandes manufactures du verre. Il y a aussi beaucoup de petits manufacturiers, des artisans. C’est quoi comme métier ? Il y a simplement les souffleurs de verre ou l’on peut retrouver d’autres métiers dans le verre ? 

Il y a 24 métiers qui sont répertoriés dans l’industrie du verre. Vous avez les souffleurs, qu’on connait bien, que l’on voit bien visuellement mais aussi les graveurs. Des gens qui font la découpe, vous avez les gens qui préparent. Il y a énormément de métiers qui donnent lieu à des formations qualifiées : CAP, brevet de maîtrise. Au niveau de la région on peut accompagner ces formations là.

La région Grand Est est la première région du verre en France. Comment on accompagne à la formation de ces métiers ? Quels sont les centres de formation qui existent ?

Vous avez une formation initiale au lycée Labroise à Sarrebourg qui a un CAP, un brevet de maîtrise sur les métiers verre. Vous avez un CFA à Vannes-le-Châtel pas loin de Nancy. Vous pouvez faire l’ensemble de la formation. Nous finançons 80 places par an. Pour les gens qui se découvrent, à 30 ans, à 40 ans, à 45 ans, une vocation, une envie d’aller sur ces métiers d’art, on peut faire des formations dans le cadre de la formation continue ou avec votre Compte Professionnel de Formation ou dans le cadre d’une formation, d’une reprise suite à un licenciement ou un départ d’activité et ça se passe également Vannes-le-Châtel

Pour découvrir l’histoire mais aussi l’avenir du verre on retrouve donc l’exposition du 22 novembre au 4 janvier à l’Abbaye des Prémontrés avec la Région Grand Est 

C’était une production des radios associatives en Grand-Est soutenue par la Région Grand-Est.

√ L’exposition proposée par la Région Grand Est : « Passé, Présent, Futur – Le verre dans tous ses éclats » et notamment l’univers « dialogue entre matière et savoir-faire », de Jean-Baptiste Sibertin-Blanc l’un des deux commissaires d’exposition

Parcourir le Grand Est en prenant la parole avec des lettres de verre dans un lieu dédié au silence, a quelque chose de paradoxal. Avec l’exposition proposée par la Région Grand Est : « Passé, Présent, Futur – Le verre dans tous ses éclats » et notamment l’univers « dialogue entre matière et savoir-faire », de Jean-Baptiste Sibertin-Blanc l’un des deux commissaires d’exposition, le visiteur est invité à découvrir les multiples facettes du verre, jusqu’au 4 janvier prochain à l’Abbaye des Prémontrés à Pont-à-Mousson.

L’exposition commence en rappelant que les diatomées que l’on pourrait comparer à des plantons, sont les premiers créateurs de verre puisque leur corps est constitué de silice transparente pour permettre la photosynthèse nécessaire à la vie. Aussi rappeler que le verre est précieux et au début de notre ère, 1 kilo d’or vaut 1 000 gr de verre. Puis ce sont quatre chapitres qui se déroulent et dans lequel on va découvrir cette histoire du verre. ‘’Savoir’’ et ‘’faire’’, deux mots qui sont indissociables de la création de tout nouvel objet. L’art du verre ou le verre dans l’art se sont emparés de ce médium. Tel que le vitrail nous le montrer et nous le rappelle parfois, comme à Strasbourg et enfin le dialogue qui se noue autour des lettres de verre qui sont à l’origine de cette histoire.

 26 lettres de l’alphabet au travers de 26 lettres de verre pour illustrer le dialogue des artisans verriers avec la matière ou le rapport du public avec les nombreuses créations exposées ici

Oui ! C’est bien un dialogue auquel sont invités les visiteurs. En premier lieu, dialogue des verriers avec la matière et puis au dialogue que l’on a de manière plus intime lorsqu’on découvre une œuvre. Chacune de ces lettres est une petite architecture. Ce sont des sculptures, des signes et c’est la première fois que j’écris avec ces lettres de verre au Prémontrés. Le mot dialogue travers l’installation des 26 lettres disposés comme dans un tiroir. Peut-être comme pour rappeler aussi que Gutenberg inventa sans doute à Strasbourg, les premiers caractères mobiles en plomb. L’exposition est chargée de pièces sensibles, d’anecdotes qui se sont inventés en imaginant cette histoire. La région est neuve de ces 9 départements, alors j’ai écrit cette phrase : je suis neuve, à moi toute seule et on la retrouve en néon aux couleurs de la région et puis Gérald Watrin jouait avec l’art du feu où il y a Maya THOMAS qui recycle des bouteilles de vin d’Alsace, à jouer avec des strates topographiques de la Région pour écrire et créer comment un miroir, la terre et le verre.

Des œuvres issues de collection, de renommée mondiale, mais aussi des créations d’artisans locaux dans le Grand Est

Oui ! Cette histoire du verre est bien vivante car c’est avec les artisans de la région que nous l’avons écrite avec Antonio qui travaille à Toul et il nous confie un triptyque en verre, fusé, comme une aquarelle de verre. Nous retrouverons aussi des pièces remarquables de collaboration des grandes manufactures, avec des designers et architectes talentueux Pierre Charpin, Noé Duchaufour, Laurance, Philippe Starck aussi j’ai souhaité donner à voir comment des artistes du monde entier se sont approprié le verre, pour jouer avec les mots comme d’autres jouent avec la toile ou avec le bronze… Jacques Villeglé, Pascal Convert, Antoine Leperlier…

Le volet éducatif, lui non plus, n’est pas oublié

Lorsque j’étais le directeur de la création de la cristallerie Daum, j’utilisais souvent l’image et la pédagogie pour partager ma passion pour tel ou tel projet. Aussi, lorsque j’ai créé à l’ENSAD (École nationale supérieure d’art et de design) de Nancy, l’atelier Glassroom, le Grand Est est riche de lieux d’échanges et de formations uniques en France : le Centre International d’Art Verrier (CIAV) de Meisenthal, le CERFA, Vals-le-Chastel, le lycée Labroise à Sarrebourg. Ils sont avec nous dans l’exposition autour de pièces qui racontent une histoire, une image qui caractérise ces lieux comme l’âme de la vallée dans la forêt de Meisenthal ou l’arche où toutes les pièces s’échelonnent quelques instants. Autant de signes pour écrire cette histoire, pour créer des liens entre les départements, pour faire signe, pour rappeler l’origine du mot design. Comme un dernier clin d’œil, nous retrouverons dans l’exposition une plaque de Pont-à-Mousson, ici réalisée en pâte de verre comme un clin d’œil lumineux entre les deux process. Deux process similaires, la fonte au sable et la fonte à cire perdue, pour laquelle seule la matière fait la différence

Des œuvres uniques pour montrer le verre dans toutes ses dimensions artistiques, conceptuelles et innovantes. À l’issue de cette exposition en janvier prochain, l’univers dialogue entre matière et savoir-faire poursuivra son chemin dans tout le Grand Est. Plus d’infos sur anneeduverre.grandest.fr

Une production des radios associatives avec le soutien la région Grand Est

Maya THOMAS, gérante et fondatrice de l’association S’Glass à Strasbourg

HyperFocal: 0

Cet entretien est une

2022, c’est l’année mondiale du verre avec une résonance toute particulière ici en Grand Est. On part à la rencontre de Maya THOMAS, gérante et fondatrice de l’association S’Glass à Strasbourg. Vous exercez un métier autour du verre, à mi-chemin entre artiste et artisan avec cette particularité votre matière première ce sont des bouteilles de vin d’Alsace.

Oui en effet. Après ma formation dans les art verriers, je me suis posée la question de quelles étaient mes ressources en terme de matières premières et étant alsacienne, je suis tombée dans la bouteille et je suis tombée amoureuse de cet objet là et j’ai vraiment eu envie de le travailler et de le travailler et de manière très variée, c’est-à-dire d’offrir à cet objet à usage unique, une vie à usages multiples.

Une production avec des finalités très variées

Oui tout à fait, parce que en fonction des bouteilles, on a quand même un parc de bouteilles assez varié, ne serait-ce que dans l’Alsace, et par ses formes on peut faire différents objets. Il y a plusieurs gammes que je travaille avec ces bouteilles. Ça va aller de l’objet d’art de la table à l’aménagement d’intérieur par la création de vitraux en retravaillant les chutes qui sont générées par l’atelier sur la création des verres. Il y a aussi la création de pièces artistiques parce que quelque part c’est aussi un objet d’expression, la bouteille. On peut on peut lui donner un nouveau sens en plus de lui donner une nouvelle vie par l’objet fonctionnel de l’art de la table

Il faut une certaine maîtrise de la technique et surtout ce qui est important c’est un produit recyclable à l’infini et dans votre cas précis, vous allez plus loin. Vous faites en sorte de recycler avant même que le produit ne passe par les circuits classiques de recyclage

C’est même une des vocations premières de l’atelier. C’est justement d’offrir cette retraite dorée, de dire qu’on va rallonger le cycle, parce que certes le verre est recyclable, c’est tout à fait juste, mais ça reste un procédé qui est très énergivore. Pour recycler une bouteille, on va consommer 500 grammes de CO2. L’idée étant de se dire comment est-ce qu’on peut amortir quelque part cet impact. Nous pouvons le faire en rallongeant le cycle de vie de la bouteille. À partir de là, les techniques verrière vont intervenir pour lui donner différentes fonctions, pour pouvoir recycler l’intégralité de la bouteille. L’objectif est d’arriver à un zéro déchet. On va faire des verres pour la consommation et avec les chutes des bouteilles on va travailler mais pour ça, les différentes techniques sont importantes parce que dans un cas on va faire du travail à froid (coupe, ponçage) mais pour les créations artistiques ou les cloisons là je vais revenir sur du verre plat avec certaines interventions techniques qui vont se rapprocher des techniques de fusing, des vitraux où on va à travailler des techniques de montage qui permet justement de créer des objets très variés à partir d’un élément assez simple que tout le monde connaît : la bouteille.

Vous allez exploser quelques-unes de vos œuvres à Pont-à-Mousson, dans une exposition intitulée ‘’le verre dans tous ses éclats’’. L’exposition est visible jusqu’au 4 janvier prochain et en accès libre. Pour vous, Maya, c’est une belle reconnaissance de votre travail

Oui, c’est un grand plaisir ! Je vais proposer 2 œuvres. Une qui va parler du verre industriel car il est très peu représenté dans le monde artistique. Il y a une pièce qui est réalisée à partir des chutes de bouteilles. L’autre œuvre parle du territoire, de terre de verre, qu’est la Région Grand Est avec son patrimoine des arts verriers. L’idée est de proposer une cartographie en alphabet, du territoire en verre.

Si l’expérience S’Glass vous séduite, vous retrouverez toute la gamme des produits et les revendeurs sur le site sglass.fr et pour tout savoir sur l’année du verre rendez-vous sur le site anneeduverre.fr

Une production des radios associatives avec le soutien de la région Grand Est

Jean-Louis Janin Davier, commissaire d’exposition, nous présente l’univers « Le cristal dans tous ses états »

« Passé, présent, futur… Le verre dans tous ses éclats », c’est une exposition proposée par la région Grand Est, à l’occasion de l’année du verre, à découvrir jusqu’au 4 janvier prochain à l’Abbaye des Prémontrés à Pont-à-Mousson. Jean-Louis Janin Davier, commissaire d’exposition, nous présente l’univers « Le cristal dans tous ses états ». Il rappelle que le Grand Est connait une histoire verrière d’exception 

Une histoire verrière d’exception sur ces terres du Grand Est depuis à peu près 1300 puisque c’est là où vont s’implanter les premières petites entreprises d’exploitation de verre sur les terres du Grand Est et particulièrement dans la région des Vosges.

Le cristal dans tous ses états du nom de votre exposition, qu’est-ce que le public va-y découvrir ?

C’est un voyage à travers le temps mais c’est aussi un voyage dans l’apogée du monde cristallier qui est le 19e siècle. On rentrera dans la restitution d’un atelier du 18e siècle issus de l’Encyclopédie Diderot d’Alembert et sa grâce au verrerie de Bayel et puis nous irons dans une forêt enchantée où nous découvrirons des pièces magiques prêtées par Lalique, par Meisenthal et à l’intérieur de cette forêt enchantée vous aurez des points de Saint-Louis et la forêt c’est la source de toute la production verrière puisque on a besoin de sable, de fougères, de bois, pour faire brûler tous ces grands fours et puis nous avons un voyage dans une boutique restituée comme au 19e siècle. Nous voyagerons sous un sapin fait de boules de Meisenthal. Un sapin qui protégera une grande table festive de Noël entièrement dressée en cristal à côté d’un univers voué au parfum.

De cristal il en est question, vous avez évoqué le 19e siècle, une période faste pour ces industriels en Grand Est

A l’époque les maîtres verriers avant d’être maître cristalliers vont s’installer aux endroits les plus stratégiques. C’est comme la naissance de Saint-Louis, ce sont des postes itinérants. On va d’abord se servir du bois, du sol, de la nature et puis on va installer des petits ateliers qui vont permettre de produire. Petit à petit, il va y avoir une sédentarisation des entreprises. On aura Porcheux, Baccarat, Saint-Louis. On aura toutes ses manufactures qui vont s’installer dans le creuset du territoire et ne plus en bouger et développer leur manufacture.

Un secteur qui baigne dans le luxe et l’exception

C’est le luxe, c’est l’exception. D’une façon ou d’une autre lorsque le verre va apparaître c’est la transparence, c’est un contenant, c’est un matériau excessivement fragile. Il va falloir mettre en place toutes sortes de process pour le stabiliser, pour le durcir, le recuir, le tailler et puis le décorer et puis le colorer et donc ça c’est un principe de recherche pour aller vers le luxe. D’une façon ou d’une autre, le verre va commencer par être du verre plat puis du verre bombé puis du verre soufflé puis du verre assemblé, taillé et là c’est la présence de tous les maîtres artisans qui vont savoir sublimer et cette matière qu’est le verre puis après sublimer le cristal et le 19e siècle c’est l’apogée du cristal avec des manufactures comme Saint-Louis, comme Baccarat, qui vont fabriquer des pièces d’exception, qui vont fabriquer du mobilier, qui vont fabriqué des lustres géants, qui vont fabriquer des éléments d’art de vivre, de décoration et d’art de la table exceptionnel

Si vous deviez décrire une œuvre exposée, vous choisiriez laquelle ?

Je ne peux pas en décrire une parce que toutes me séduisent mais nous allons dans un coffret de voyage fabriqué par la manufacture de Baccarat dont tous les flacons sont en cristal de Baccarat, avec des couvercles en argent et une boite en ébène noir et puis y a le grand lustre et puis il y a le grand candélabre de Baccarat. Il y a des pièces exceptionnelles de Saint-Louis. Le cristal est vraiment dans tous ses états, dans tous ces éclats, sublimé à travers la couleur, avec des montures de bronze, avec des montures d’argent, avec détails… C’est vraiment le cristal sublimé par la main de l’Homme et par la main des artisans.

Découvrez cette exposition exceptionnelle dans le cadre de l’année du verre, tous les jours sauf le mardi de 10h à midi et de 13h30 à 18h en entrée libre – Abbaye des Prémontrés, 9 rue Saint-Martin à Pont-à-Mousson. Plus d’infos sur anneeduvert.grandest.fr

Une production des radios associatives avec le soutien de la région Grand Est